Vous aimez les grands crus ?

Goûtez au “TPV 2016” !

Hirschi, Pogacar, Bissegger et bien d’autres… Ceux qui brillent sur le Word Tour cette année l’avaient fait sur la boucle vaudoise il y a quatre ans.

Même si l’édition 2020 du Tour du Pays de Vaud n’a pas pu avoir lieu pour les raisons que l’on sait, les organisateurs de la boucle vaudoise ont tout de même un petit sourire en coin lors de ce début d’automne. Il suffit de regarder les palmarès des diverses compétitions qui ont enfin pu se dérouler à travers l’Europe depuis le début du mois d’août pour se dire que le TPV est toujours aussi indispensable au paysage cycliste international. Il suffit d’ouvrir la boîte à archives et on y trouve quelques “pépites”, qui motivent encore plus à se relancer pour la saison prochaine malgré tout.

On a choisi de se faire plaisir avec l’édition 2016 du Tour du Pays de Vaud, qui était décidément un sacré grand cru. Vous l’avez compris, elle a été remportée par un certain Marc Hirschi, mais elle a aussi permis de révéler d’autres jeunes cadors. Prenez, par exemple, la deuxième (demi-) étape disputée le 28 mai 2016 dans les rues d’Orbe et appréciez le classement… L’épreuve a été remportée par l’Américain Brandon McNulty, qui est en train de devenir un vrai bon pro sous les couleurs d’UAE Team Emirates. Il a notamment réussi un joli début de saison avant son interruption pour cause de pandémie. Mais c’est juste derrière lui que ça devient encore plus intéressant.

Deuxième de ce chrono ? Oui, Marc Hirschi, bien vu. Le jeune Suisse est en train d’apprendre à gagner sur les plus belles courses du calendrier et ça donne le sourire à tous ceux qui suivent la petite reine au pays et qui étaient un peu frustrés depuis le départ à la retraite de Fabian Cancellara. Le Bernois de 22 ans n’est toutefois le seul Helvète à avoir pris le TPV pour tremplin cette année-là, avant de briller en 2020. Stefan Bissegger avait fini troisième de ce chrono et neuvième du général. Il vient de terminer cinquième de sa première course World Tour, sur le BinckBank Tour, lundi.

Tiens… Mais qui avait donc bien pu finir à la cinquième place de ce contre-la-montre urbigène, avant de se classer sixième de la hiérarchie finale à Vufflens-la-Ville ? Je vous le donne en mille, un certain Tadej Pogacar, plus jeune vainqueur du Tour de France depuis 1904. Pas si mal, non ? Lors de cette édition 2016, on peut noter aussi les présences de Nils Eekhoff (11e), João Almeida (13e), Robin Froidevaux (15e) et Andrea Bagioli (50e), tous en train de se révéler au plus haut niveau !

Le cyclisme a changé, les jeunes s’entraînent de plus en plus tôt “comme des pros” et on n’est plus obligé d’avoir joué les porteurs d’eau pendant trois saisons avant d’être désigné comme leader sur les plus belles courses du programme. Le TPV de 2017 n’est vieux que de trois ans, mais son vainqueur, le Norvégien Andreas Leknessund, fait déjà fort chez les grands. Le futur coureur de la Sunweb de Hirschi a fini 13e du mondial d’Imola contre la montre, a été champion de son pays de l’exercice et aussi champion d’Europe junior de la spécialité !

Vivement les prochaines saisons, pour voir ce que deviendront les Danois Mattias Skjelmose Jensen et William Blume Levy, grands dominateurs en 2018.

On ne se fait pas de soucis pour le tenant du titre, l’Allemand Marco Brenner, lui aussi bien parti pour frapper fort dès qu’il intégrera le World Tour, chez… Sunweb, lui aussi. Cette année, il a été sacré champion d’Allemagne du contre-la-montre chez les juniors, médaillé d’argent du chrono des Européens, avant de prendre le chocolat sur la course en ligne !